jeudi 16 janvier 2014

Lancement du mini MOOC "Le Point, la Règle et la Droite"

Publié en décembre dernier, le rapport PISA 2012 (Programme for International Student Assessment) qui mesure "ce que les élèves à 15 ans savent et ce qu'ils peuvent faire avec ce qu'ils savent", classe la France à la 25ème place en mathématiques sur un panel de 65 pays mesurés [1].

Nous confessons que ce classement nous a, dans un premier temps, étonné et  peiné : ancien élève du lycée Louis-Le-Grand et de l'Ecole Polytechnique, nous avons bénéficié pleinement de l'éducation républicaine.

Puis, ce classement nous a inquiété et nous avons ressentis une injonction à agir.

Nos activités professionnelles nous en donnant l'opportunité, nous avons imaginé un projet portant à la fois une vision pédagogique et une vision opérationnelle :
  • donner aux enfants "le sens et le goûts de maths au collège", 
  • aider les enseignants à éveiller les capacités insoupçonnées d'abstraction et de logique des enfants, 
  • contribuer à une réponse aux signaux envoyés par le rapport PISA 2012,
  • démocratiser les MOOC en donnant aux acteurs de la chaîne sachant/enseignant/apprenant/exerçant un MOOC quasi gratuit mais de qualité professionnelle grâce à un design robuste et des composants exclusivement grand public
  • concevoir en innovation collaborative et ouverte un MOOC organique. 

Ce 16 janvier, six établissements ouvrent leur premier MOOC sur la plateforme France Université Numérique.

Parmi ceux-ci, deux adressent le numérique et un, les sciences exactes :
  • Introduction aux technologies des médias interactifs numériques (CNAM)
  • Comprendre le transmédia storytelling (Université Bordeaux)
  • Fondamentaux en statistique (Centre Virchow-Villermé).

Dans le sillage de ces institutions, nous lançons le mini MOOC "Le Point, la Règle et la Droite".

Ce mini MOOC a pour objectif de tester l'appétence et la pertinence de notre vision.

Dans une démarche d'innovation collaborative et ouverte, nous lançons trois sites :
La partition du site de crowdfunding apporte des informations complémentaires en décrivant notamment :
  • le livrable du projet
  • les parties prenantes, à savoir : les élèves, les parents, les enseignant(e)s, les personnalités politiques
  • la nature des travaux à réaliser
  • le coût estimé des différentes travaux
  • le montant visé par l'appel à dons pour couvrir les coûts
  • la durée de la collecte
  • le niveau des contreparties promises aux donateurs.
  •  
Trois questions/réponses sont également publiées :
  1. Ce contenu est-il vraiment différent des contenus observés sur d'autres sites, notamment de soutien scolaire ? 
  2. Pourquoi le montant de la contrepartie de "120€" est-il supérieur à celui de la contrepartie "45€" alors que l'on ne bénéficie pas pour la contrepartie "120€" d'une publication ?
  3. Quel est le régime de droit d'auteur des œuvres créées dans le cadre de ce projet ?